La Supervision

Intervision et Supervision pour les thérapeutes et les Coachs

L’incontournabilité de la supervision pour les professionnels est le garant de leur éthique, de la qualité de leur travail et de la possibilité d’obtenir de l’aide sur le plan personnel. L’analyse des cas présentés a toujours mis en exergue le fait que de nombreuses personnes ont une grande propension à trouver la faille des professionnels et à les entraîner dans leurs propres lieux de souffrance et de peur. Seule, l’analyse des interactions, du contre-transfert et l’implication personnelle dans le cadre de la supervision, peuvent aider le professionnel à résoudre ses difficultés. (Philippe Violès)

Dans le cadre de la Supervision et de l’Intervision, grâce aux études de cas, il nous paraît indispensable que les futurs thérapeutes aient une connaissance approfondie de l’analyse psychocomportementale, de la sexualité humaine et qu’ils aient aussi accès aux nouveaux outils de coaching et de stratégie de la communication.

Il est par ailleurs essentiel que les futurs coachs et spécialistes en stratégie de la communication aient accès à la compréhension de la personnalité, de la sexualité humaine et des comportements psycho-émotionnels humains.

Ainsi, des groupes d’Intervision et de Supervision pour les thérapeutes et les coachs permettent de travailler ce qui se passe (ou ne se passe pas) dans la relation « transférentielle » à l’autre et/ou à l’entreprise, voir avec les « tiers demandeurs ».

Des supervisions de groupe seront assurées par le Centre Mosaique Paris Rive Droite et Ile de la Réunion en France et dans l’Océan Indien. Dans la suite, un article qui nous a été envoyé par Laurent Claret (http://www.osezvotrepotentiel.com/) concernant l’importance de la supervision.


La supervision : l’avenir du métier de consultant – Jacques-Antoine Malarewicz
Rares sont les pratiques professionnelles où la possibilité de partager avec ses pairs des expériences, des difficultés, des interrogations soit à ce point institutionnalisée. Même si, dans l’esprit de la plupart des organismes fédérateurs de coachs, il s’agit là d’une obligation, le fait mérite d’être remarqué.

Il faut un certain courage pour oser se confronter à des confrères qui sont par ailleurs, dans la plupart des cas, des rivaux ou des concurrents aux prises avec les mêmes difficultés commerciales et le souci de constamment renouveler leur offre.

Au-delà de cet aspect le plus pragmatique, il me semble important d’insister sur un certain nombre de points – dans une optique systémique – qui justifient, à mes yeux, le fait que l’avenir du métier du consultant se joue, en bonne partie, dans le travail de supervision[1].

En premier lieu, dans la mesure où l’écrasante majorité des problèmes qui se posent dans les entreprises relèvent de difficultés relationnelles – ce qui justifie le recours à des interventions extérieures – le supervisé doit pouvoir trouver dans la supervision ce même niveau d’analyse sans pour autant que cela aboutisse à la mise en scène d’un psychodrame permanent. Il ne faut pas confondre une analyse psychologique, qui s’organise à partir de l’interrogation de l’intrapsychique, et une approche relationnelle, laquelle cherche à identifier et dénoncer la répétition des mêmes modes d’interactions. Plus précisément, le travail sur les liens tourne autour des questions du changement et donc du non-changement, c’est-à-dire sur les mécanismes homéostasiques qui sont au cœur de tous les groupes humains. La supervision permet, tout simplement, de prendre du recul non pas sur les situations elles-mêmes mais sur le lien que le consultant entretient avec les situations qui l’embarrassent.

En second lieu, la pratique en groupe de la supervision permet de partager le sentiment que les problèmes sont les mêmes pour tout le monde. Ils ont en fait une double origine. Le consultant peut perdre plus ou moins rapidement la main sur le cadre de son travail. J’entends ici par cadre les « où », « quand » et « comment » de son intervention. Il abandonne dès lors son contenu, ce qui n’est pas l’intérêt du prestataire de service et encore moins celui du client, et surtout voit s’éloigner toute possibilité d’accompagner un processus de changement pour ce dernier.

Dans d’autres cas, l’embarras du professionnel provient de ce qu’il a « adopté » le problème de son client. Il s’agit-là d’une des manifestations de ce qu’en systémique on appelle un reflet[2], c’est-à-dire l’ « exportation » par un système sur un autre de ses habitudes relationnelles. Par exemple, lorsque dans l’entreprise ces habitudes relationnelles sont disqualifiantes pour une personne, ou un groupe d’individus, c’est alors le consultant qui risque de se joindre à cette logique et d’être dès lors lui-même disqualifié. L’intervenant est alors, en quelque sorte, internalisé. Il perd une bonne partie de ses capacités de changement dans la mesure où il adopte le point de vue de ses clients. Tout l’enjeu de la supervision est de lui permettre de mieux identifier non pas « pourquoi » il s’est laissé entrainer – ce qui relève de la logique homéostasique – mais « comment » tout ou partie de ses interlocuteurs sont parvenu à l’englober dans leurs habitudes tout en demandant de les en détacher.

En troisième lieu, la supervision d’une pratique participe à la constante définition du métier concerné, notamment dans sa dimension déontologique. Les codes de déontologie ne suffisent pas à résumer – et à éclaircir – l’ensemble des situations qui peuvent poser problème. Il s’agit, de définir une espèce de jurisprudence laquelle est soumise à une constante évolution. Celle-ci ne peut être définie par les clients qui défendent, en toute légitimité, ce qu’ils estiment être leurs propres intérêts. Cependant, la question du changement interpelle la complexité des groupes humains, il en résulte que des limites éthiques doivent être posées, lesquelles doivent servir de point de repère dans une pratique professionnelle qui accompagne la constante évolution de l’entreprise.

Enfin, les groupes de supervision de consultants sont également des laboratoires où peuvent se dessiner le profil de nouveaux types d’intervention. Dans la constante interaction entre les prestataires et les clients, que reflètent ces groupes, de nouveaux besoins émergent notamment face à la péjoration des conditions de travail. Il me semble que, par exemple, la « médiation » ou le « coaching de binômes » sont des outils qui sont appelés à se développer.

Ainsi, « être en supervision » ne devrait pas seulement relever d’une obligation mais correspondre également à l’accompagnement de l’évolution d’une pratique qui se doit de suivre l’évolution des entreprises et, par ce biais, celle de la société.

© Jacques-Antoine Malarewicz, septembre 2012 - www.malarewicz.fr


L’Intervision avec le Centre Mosaique Paris Rive Droite et Ile de la Réunion
France, Caraïbes & Océan Indien


Critères d’inclusion

 

Info : administration_mosaique@orange.fr

 

Pour les prix, les dates de formation et tous les renseignements dont vous auriez besoin,

prière de nous faire la demande par mail.

Mentions légales

Informations Editeur 
Organisme : Centre et Ecole de Psychosomatoanalyse
Adresse : 48 chemin Picard - 97432 la Ravine de Cabris (Ile de la Réunion)
 

Directeur de la publication
L'équipe Administrative
 

Confidentialité de vos données personnelles :
Les informations collectées sont destinées à l’école de formation et ne peuvent faire l'objet d'une cession à un tiers.
En application de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'Informatique, aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi) et de rectification (art. 36 de la loi) des données vous concernant.

Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation, la communication ou la conservation est interdite.